Ville de Monestier-de-Clermont

Ville de Monestier-de-Clermont

La Porte du Trièves

La place de la Halle située au cœur du centre-bourg était naguère équipée d’une halle malheureusement disparue aujourd’hui. Ce modeste bâtiment aux piliers de bois et à la couverture en tuiles écailles mesurait une quinzaine de mètres sur huit. Il fournissait un abri aux marchands qui vendaient leurs productions les jours de marché.

Celui-ci se tenait ici le samedi, « de l’aurore jusqu’à 11 heures du matin ». Il était très ancien puisque dès le XIIIe siècle le dauphin y percevait la « leyde », taxe due par les marchands. On venait alors de toute la contrée vendre des produits alimentaires : légumes, fruits, beurre, œufs, volailles… On se déplaçait souvent à pied. Témoin cet épisode original : Des dames venaient de Gresse par le col du Serpaton vendre leur beurre au marché monétéron. Dans la descente, elles s’arrêtaient à une source qui jaillit au bord du chemin, afin de faire une petite pause et casser la croûte. Elles en profitaient pour mettre à tremper leur beurre dans l’eau fraîche afin de le raffermir pour qu’il fût plus présentable à l’étal. On prit l’habitude de désigner la source sous le nom de « Fontaine au beurre ». Le site vient d’être judicieusement réhabilité par un groupe d’habitants de Saint-Paul-les-Monestier.

Le marché tomba en désuétude peu après 1900 car les denrées se vendaient de plus en plus par l’intermédiaire des épiceries du village alors nombreuses (il y en avait encore cinq au début des années 60 !). La vieille halle fut désertée et ne servit plus que de remise et de débarras aux gens du quartier. En 1909, à l’initiative d’un hôtelier voisin, une pétition des riverains est adressée à la municipalité. Il y est demandé le déplacement du bâtiment qui, d’après eux, était devenu encombrant et peu esthétique. Il est dit dans la pétition : « Ce faisant, vous embellirez un quartier de notre cité, vous le rendrez plus sain et plus agréable à nos hôtes. » La municipalité d’alors procéda à la démolition pure et simple de la halle qui disparut sans état d’âme.

Autres temps, autres mœurs. De nos jours, on aurait sans doute créé un comité pour conserver et rénover l’antique édifice. Ne reste de la halle disparue que le nom de la place et quelques clichés qui suscitent un peu de nostalgie…

GELAUFF.COM Solutions Internet