Ville de Monestier-de-Clermont

Ville de Monestier-de-Clermont

La Porte du Trièves

Le collège de Monestier-de-Clermont porte le nom de Marcel CUYNAT. Qui était-il ?

Marcel CUYNAT est né à Livet-et-Gavet, commune de la vallée de la Romanche, le 8 mai 1895. Il est fils de Marius CUYNAT, industriel, et Pauline PINEL. Brillant élève, il accomplit ses études secondaires à Grenoble puis entre à la Faculté de Médecine de Paris. Il y est étudiant lorsque survient la guerre de 1914-18.

A vingt ans, il s'engage comme simple soldat pour la durée de la guerre. Il est incorporé au 2e Régiment d'Artillerie en mai 1915. Il est nommé brigadier le 3 janvier de l'année suivante. Trois mois plus tard, le 30 mars 1916, il est gravement blessé à Perthes (Marne) par un éclat d'obus. Il souffre « d'une plaie interne au mollet gauche ». Evacué et soigné à l'hôpital de Revigny (Meuse), puis à Blois et enfin à Pau, il est cité à l'ordre du Régiment le 10 juillet : « Blessé en assurant son service comme brigadier de tir à la position au nord de Tavannes, en assurant la transmission des commandants de la batterie ».

Déclaré inapte au service le 17 mars 1917 pour « atrophie de la cuisse gauche » et obtient une pension de 50% d'invalidité. Plus tard, il sera classé dans la réserve comme médecin major. Il reçoit plusieurs distinctions : la Croix de Guerre avec étoile de bronze, la Croix du combattant, la Médaille Française et la Médaille Interalliée de la Victoire.

Une fois ses études de médecine terminées, Marcel CUYNAT cherche à s'installer dans sa profession. Depuis quelques temps déjà, la commune de Monestier-de-Clermont avait entrepris des démarches pour doter le village d'un médecin. Jusqu'alors, c'est le docteur Pellat, de Vif, qui se déplaçait, une fois par semaine, pour assurer un service minimum à Monestier. La municipalité est encouragée dans son action par le Comité Local d'Initiatives qui estime indispensable pour le développement du tourisme la présence d'un médecin à demeure.

L'occasion se présente en 1925. Un jeune médecin ne reste pas insensible aux appels du petit chef-lieu de canton. Pour faciliter son installation, la municipalité lui propose une subvention de 1 200 F. Le docteur CUYNAT se laisse convaincre et devient ainsi, le médecin du village. Il le sera pendant près de 40 ans... Il mène alors la rude vie d'un médecin de campagne avec de nombreuses visites à domicile car les habitants n'ont guère de moyens de locomotion. Des interventions (soins aux malades et aux blessés, accouchements) qui se déroulent parfois, notamment l'hiver, dans des conditions difficiles... Lorsque la Seconde Guerre Mondiale apporte dans la région son lot de drames, il se distingue en soignant des maquisards blessés malgré les grands risques encourus.

Hors son activité professionnelle, la grande passion du médecin est la politique. Très tôt, il s'engage dans la vie publique. A peine Monétéron depuis quatre ans, il est élu conseiller municipal en mai 1929 sur la liste du maire sortant Henri FROMENT. Il est réélu en mai 1935 sur la liste de Jules MARTIN qui devient maire. Immédiatement après la Libération, lors des élections du 7 septembre 1944, c'est Bernard DECONINCK, venu effectuer son service civil aux Chantiers de la Jeunesse Française et gendre de Joseph ALLIBERT patron de l'emblématique usine monétéronne, qui est porté à la tête de la commune. Marcel CUYNAT ne figure pas parmi les nouveaux élus.

Huit mois plus tard, aux élections du 18 mai 1945, la lutte fait rage. Les listes DECONINCK et CUYNAT ont chacune six élus. Les deux têtes de liste se présentent pour le poste de maire et les deux hommes obtiennent sans surprise six voix chacun. Après plusieurs tours de scrutin aux résultats semblables, Marcel CUYNAT est finalement élu maire au bénéfice de l'âge... Ce sera le début d'un long parcours qui le verra être reconduit sans discontinuer dans cette fonction jusqu'à son décès en 1963. Bernard DECONINCK lui succédera alors.

Outre son mandat de maire, il s'engage sur le plan départemental. Dès 1938, il est élu au poste de conseiller général du canton de Monestier-de-Clermont à la suite du décès d'Henri FROMENT. Membre du parti Républicain Radical Socialiste, il siège à l'assemblée départementale où il fait preuve d'une grande honnêteté intellectuelle et prône ses convictions libérales et républicaines. Il s'emploie notamment à défendre les intérêts des petites communes de montagne. Il retrouve son siège à la Libération et le gardera jusqu'à son décès. Il prend en 1954 des responsabilités à l'assemblée en accédant à la présidence de la Commission Départementale. Peu après, il devient président de l'Association des Maires et Adjoints de l'Isère. Il avait été fait Chevalier de la Légion d'Honneur en 1950. Suivront, au fil des ans, de nombreuses autres distinctions.

Pendant ses mandats, l'action de Marcel CUYNAT en faveur de sa petite patrie a été considérable : adductions d'eau, amélioration du réseau routier, développement des infrastructures scolaires. Ce dernier point lui tient particulièrement à cœur. En 1958, est construit dans le quartier des Chambons un groupe scolaire primaire qui remplace les vétustes installations situées au rez-de-chaussée de la mairie, alors sise place de l'Eglise. Un Cours Complémentaire, bientôt dénommé Collège d'Enseignement Général, est créé et occupe provisoirement ces anciens locaux. Son installation progressive permet aux élèves du canton d'y suivre les cours jusqu'à l'âge du lycée. Auparavant, dès l'âge de onze ans, ils partaient en internat dans les établissements grenoblois.

Mais très vite, ces installations ne répondent plus aux critères modernes d'espace et de salubrité. Soutenu bec et ongles par le pugnace conseiller général, le projet de construction d'un collège neuf prend corps et suit son chemin. En 1963, la décision est prise par les instances départementales : le canton de Monestier-de-Clermont aura son collège dont la construction débutera au printemps suivant. Malheureusement, la santé du médecin est considérablement altérée par une maladie incurable qui va précipiter son décès. Sa dernière grande joie fut précisément l'annonce officielle de l'édification du collège tant espéré.

Le docteur CUYNAT décède en août 1963, plongeant ses concitoyens et ses amis dans une lourde peine. Une foule immense assiste à ses obsèques qui se déroulent en présence des plus hautes autorités régionales.

Tout naturellement, le collège de Monestier-de-Clermont, mis en service en 1966, prendra le nom de celui qui avait tant œuvré à sa création : Marcel CUYNAT

Lionel RIONDET (janvier 2015)

Mairie Monestier-de-Clermont
103 Grand Rue
38650 Monestier-de-Clermont

04 76 34 06 20
Toutes nos coordonées

contact

GELAUFF.COM Solutions Internet